Le code de nos vies

 

Après toutes ces années passées à courir derrière du code informatique, ces générations d’avatars conditionnés par des codes culturels, religieux, comportementaux, etc voici enfin le site de la délivrance !

Da Code

Les blogs de développement personnel sont déjà très nombreux sur la Toile, mais ils présentent un inconvénient majeur : ils tentent de remplacer certains codes par les leurs !

C’est à dire que toute la thématique liée à la confiance en soi et au bien-être de l’individu, à son équilibre de vie, tout cela n’est qu’une déprogrammation neurologique visant à implanter d’autres schémas de pensée qui ne sont en rien garantis meilleurs ou sans danger… En gros, on quitte une prison (cf. les croyances limitantes) pour une autre.

L’enjeu du 21ème siècle est de taille : il s’agit de manipuler l’opinion publique pour l’amener à accepter de nouveaux paradigmes :

  • Nouveaux modes de consommation
  • Nouveaux mode de pensée (sic)
  • Nouvelles acculturations
  • Nouvelle société

Voilà l’avenir qui se profile pour les deux ou trois prochaines décennies. Nul besoin d’être devin, dénicheur de talent ou de mobiliser les plus gros think-tank des pays riches pour le deviner.

Glissement de pensée

C’est l’image peu glorieuse d’une coulée de boue qui me vient à l’esprit à l’écriture de ce billet.

Nos pensées glissent, flasques, vers des abîmes de désolation intellectuelle. Nos pensées quittent nos corps sans volonté propre, et nos cerveaux déjà épileptiques devant le flux continu de sollicitations et d’interrupteurs stroboscopiques que nous nous envoyons à nous-même :

  • Rappel de rendez-vous et agenda connecté
  • Alertes dès qu’un email arrive
  • Email dès qu’on nous poke sur un réseau social
  • Agrégateurs de veille pour nous prévenir dès qu’un sujet est publié

Nos corps sont paresseux et nos synapses électrisées comme des papillons survoltés. Nous sommes connectés en tout sauf au réel. La vie IRL, le monde pour lequel des millions de soldats se sont battus et des milliers de gens meurent chaque jour s’évanouit au profit de l’infosphère du futile et de la fuite en avant.

Nous sommes prisonniers du code

Le paradoxe, c’est que nous nourrissons encore et toujours cette fascinations pour l’alchimiste, ce nécromancien du code, ce créateur de virtuel. Tout en nous dépossédant de nous-même, nous envions cette figure du Dieu programmeur, cet icône d’informaticien tout puissant, ce développeur d’applications omniscient !

Pauvres de nous. Comment ne pas sombrer dans la folie binaire, comment ne pas nous liquéfier dans ces interwebs de fibre optique ?

Restez avec nous. Nous possédons quelques embryons de réponse.

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont désactivés.